Interview de Philippe BLOCH

"Pouvez-vous raconter votre histoire à la Junior Entreprise, ce qu'elle vous a apporté et ce que vous en retenez ?

 

J’ai passé deux ans au sein de la structure de 1981 à 1983, une première année en tant que Chef de Projet opérationnel et une deuxième en tant que Président de Junior ESSEC. Je dirais vraiment que cette expérience fut la plus importante de ma scolarité à l’ESSEC. À l’époque, Dominique XARDEL, alors Directeur de l’ESSEC, avait mis en relation Junior ESSEC avec l’Association Française du Marketing Direct. Cette rencontre et l’étude qui a suivi ont été l’élément-clé de mon parcours professionnel. L’AFMD nous a commandés une étude de « Réalisation et mise en perspective du Marketing Direct en France ». Le but était de connaître le potentiel de développement du marketing direct en France (outils CRM, réseaux sociaux, etc.) et la maturité de ce marché. Les résultats de cette étude furent publiés sous la forme d’un livre.

 

À la fin de la JE, je suis parti aux États-Unis pendant deux ans. Là-bas, j’ai été contacté par le fondateur et l’éditeur du magazine économique l’Expansion, qui avaient lu les résultats de mon étude et qui avaient un produit à développer. Ces deux hommes étaient mes deux idoles de l’époque, il ne m’a donc pas fallu longtemps pour accepter et rentrer en France pour discuter avec eux. Malheureusement, le temps que je rentre, le projet avait avorté, mais ils souhaitaient poursuivre la collaboration. Ils désiraient vendre de « l’information en ligne », pour reprendre leurs mots, et me voyaient lancer le projet. J’ai alors travaillé six mois avec eux sur cette étude mais les esprits des Français n’étaient pas encore prêts à accepter ce type de projet et d’innovation. Dans le même temps, ils m’avaient nommé Éditeur de l’Expansion ce qui, à l’époque, équivalait à être nommé Directeur Commercial du magazine.

 

Comme l’étude que je menais avec eux me démontrait l’étroitesse d’esprit des Français et l’incapacité à accepter le changement, j’avais décidé de travailler parallèlement sur un autre projet qui me tenait véritablement à cœur : la rédaction de mon premier livre, Service compris !. J’ai co-écrit ce livre avec
Raph HABABOU et nous l’avons co-signé avec Dominique XARDEL. Dès la première année, mon livre s’est vendu à plus de 100 000 exemplaires et est devenu la bible de la relation client. La JE ne m’a pas inspiré pour écrire ce livre, mais c’est grâce à elle que j’ai pu l’écrire. Si je n’avais pas été éditeur de l’Expansion, je n’aurais jamais écrit ce livre et sans l’étude que j’avais mené pour l’AFMD, je n’aurais jamais été en contact avec le fondateur et l’éditeur de ce magazine. La JE a été l’élément-clé de toutes ces rencontres.

Quinze jours après la sortie de Service compris !, le Directeur de Darty m’a contacté pour que je réalise une conférence afin d’expliquer le sujet de mon livre. Cette première conférence a été un franc succès et a généré environ une quinzaine d’invitations par an les deux années qui ont suivi.

Un an après la sortie du livre, en 1987, Ralph HABABOU a voulu créer une entreprise inspirée du livre, une entreprise de conseil qui expliquerait comment prendre en compte le client, comment évaluer sa satisfaction et ses envies. Nous avons donc créé PBRH Conseil : nous avons formé plus de 300 000 personnes, nous avons importé et mis en place les premières visites-mystères en France, nous avons mis en place également tout ce qui touchait à la satisfaction client et avons créé le principe du baromètre de satisfaction. Notre entreprise a très bien fonctionné et par la suite, j’ai écrit un deuxième livre qui a également rencontré du succès.

 

Ensuite, en 1993, j’avais envie de me lancer dans une nouvelle aventure. Je venais de découvrir Starbucks Coffee et comme je ne me sentais pas épanouis dans mon métier de consultant, j’ai décidé d’entreprendre et de créer ma propre entreprise : Colombus Café.

 

À son lancement, l’entreprise n’a pas connu le succès que j’espérais et j’ai connu des moments très difficiles avec Raph HABABOU qui m’avait suivi dans cette aventure. Nous avons eu vraiment beaucoup de moments difficiles mais j’adorais ça, je me sentais épanouis car pour une fois je mettais en pratique mes convictions, je faisais par moi-même et je ne faisais pas que faire faire. J’arrêtais enfin de donner des conseils aux autres, je les appliquais à moi-même.

 

La JE a fait de moi un véritable bosseur. Des soirées entières à travailler, des débuts de nuit parfois, tout cela m’a formé et m’a permis de savoir absorber un nombre de choses incroyables en très peu de temps. L’organisation est aussi une qualité que la JE m’a permis d’acquérir, tout comme le leadership, le management et la capacité à gérer des conflits."

 

Philippe BLOCH

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion